En 1981, un père blanc né en Espagne nommé César Fernández de la Pradilla forme une première équipe d’herboristes de cinq membres, recrutés parmi les jeunes villageois de Pabré, ville où se trouve un petit séminaire où il enseigne les sciences naturelles.

Compte tenu de la forte demande de patients provenant principalement de la capitale située à une vingtaine de kilomètres, la Cooperativa de Herboristería Pabré a décidé de s’installer à Ouagadougou.

En 1993 Phytosalus, est constitué en coopérative

Depuis le 25 mai 1999, un accord signé avec le gouvernement du Burkina Faso lui accorde le statut d’Organisation Non Gouvernementale (ONG) pour la médecine traditionnelle.

Actuellement, Phytosalus, qui emploie plus de 50 travailleurs directs et indirects, dispose d’un laboratoire pour la préparation de médicaments traditionnels améliorés, un centre polyvalent à Pabré, avec un siège officiel à Ouagadougou et des antennes sur le territoire national et à l’étranger. . En plus de contribuer à la création et au fonctionnement de réseaux et d’associations de thérapeutes traditionnels, Phytosalus est aujourd’hui un partenaire privilégié et un partenaire des acteurs de la santé publique, des organisations et des institutions impliquées dans les programmes de développement à la base.

L’ONG PHYTOSALUS soutient:

  1. Médecine complémentaire traditionnelle africaine
  2. Conseils et conseils pour améliorer la santé
  3. Formation aux sciences de l’ethnomedicine africaine
  4. La préservation de la biodiversité
  5. Postes de travail stables dans la zone
  6. L’utilisation de plantes dans la région avec des propriétés pour diverses affections et maladies, contrastées par leur équipement pendant plus de 30 ans avec plus de 200 000 patients